AMNESTY INTERNATIONAL

VOS TALENTS POUR LES REFUGIES

Je me suis toujours sentie militante dans l’âme et particulièrement lorsqu’il s’agit des conditions humaines et des libertés. Mon grand-père était adhérent de l’organisation Amnesty International et inconsciemment j’ai baigné dans cette lutte. Enfant, je rêvais d’être Archéologue et/ou Photo-Reporter. Je voulais pouvoir dénoncer des situations anormales, inégalitaires, injustes. 

A 8 ans, je faisais l’acquisition de mon premier extrait des « Droits de l’homme et du citoyen », sous forme de livre-pin’s après une projection d’un film et d’une soirée-débat animée par Amnesty International justement.

En février 2017, Amnesty international  lançait un concours pour promouvoir une France accueillante et solidaire !

A la lecture du thème que vous trouverez ICI, une idée est apparue immédiatement. La vision d’une image à faire, comme un évidence pour moi. Avec mes moyens, et mon idée, j’ai essayé de la réaliser. C’était essentiel pour moi de tenter de faire cette image qui me hantait. Je n’avais pas beaucoup de temps, peu d’expérience dans ce type de projet, et pas tout ce dont j’avais besoin pour la réaliser sous la main. Mais la tenter coûte que coûte serait déjà ma récompense.

 

Pour moi, j’ai eu cette image qui est apparue instantanément à la lecture du sujet, elle avait un sens et une construction bien précise. 

Elle n’est peut être pas évidente pour tous à la lecture et j’en ai conscience. Voici ce qu’elle raconte : Une Opposition et une Union

L’ISOLEMENT :

En zone de conflits, de famine, les populations font face à l’isolement, la solitude. Les drames qui s’y déroulent rendent les vies et les espoirs impossible

LA PEUR – LE DOUTE :

La peur de devoir tout quitter. De laisser un monde qu’on connaît, une partie de nos familles, de notre culture pour un avenir incertain. Quand la seule solution est de fuir une vie où le danger et la mort sont omniprésents sans avoir la certitude qu’ailleurs sera meilleur. Mais que tout réside sur cette décision pour entrevoir de pouvoir construire à nouveau ou tout simplement survivre. La peur de l’errance…

L’ISOLEMENT :

Dans nos pays où la consommation et les nouvelles technologies connaissent des essors incroyables, nous nous isolons des autres car asservis à des ustensiles qui nous coupent de « l’autre ».

LA PEUR – LE DOUTE :

La peur et le doute existent ici aussi. La peur de l’autre qui s’est installée dans nos société individualistes. La peur qui s’installe car le discours médiatique insiste et promeut la méfiance vis à vis de ceux qui sont différents de nous.

Le doute sur les raisons d’accueillir la souffrance de l’autre et sa nécessité.

 

L’ ESPOIR :

Puis finalement, l’espoir, la solidarité, l’altruisme. 

C’est ensemble seulement que nous pouvons espérer à une vision du monde qui sera meilleure et permettra que le vivre-ensemble soit possible

La passation de l’enfant, symbole de renaissance et de nouveau départ.

Les différents tests réalisés.

Merci à Younes, Manue, Maelle, Akim, Madiane, , Stéphanie, , .