Entrées par Ludivine Rambaud Photographe

,

CHALLENGE #100 DAYS OF LUMIERE

CELLE PAR QUOI TOUT COMMENCE...

Caroline Cuinet est une photographe qui joue avec la lumière au quotidien…

Spécialisée dans les séance Lifestyle, la lumière naturelle est son domaine de prédilection. 

Il y a quelques années, cela a commencé par un challenge personnel qui au fil du temps s’est développé autour d’une communauté de passionnés. Un challenge tout en bienveillance où le seul objectif est d’être en phase avec soi-même. D’avoir essayé ou de l’avoir terminé, d’avoir été original ou pas, là n’est pas l’essentiel.

Pour reprendre ses mots :

 » C’est un challenge passionnant ! Pas seulement parce que la quête de lumière est en elle-même passionnante, mais parce que c’est aussi un voyage vers vous, votre histoire. C’est comme une connection ou re-connection à ce qui nous fait vraiment vibrer. C’est aussi ralentir, faire preuve de résilience et de garder les yeux sur le beau, une photo à la fois. Et voilà que les circonstances actuelles nous invitent à faire justement cela …

Cette aventure vous propose de briser des murs, de vous poser des questions, de créer, de revoir des bases et de remettre en questions des choses toutes faites ou toutes dites. Ce n’est pas facile à faire, mais c’est certainement les chemins les moins faciles qui vont le plus nous apporter. Vous ne serez pas seul.e. puisque vous serez entourée d’autres personnes qui voudront bien se mettre dans le même bateau que vous. »

Il était temps de se challenger !

Sans la lumière, il n’y a pas de monde… Tout ce que nous percevons au quotidien n’est possible qu’à travers elle…

En tant que photographe, cette lumière occupe encore plus d’espace… on prend conscience d’elle et de son importance.

Qu’elle soit naturelle ou artificielle, ce n’est qu’elle qui va modeler notre vision du monde. Il nous faut donc l’apprivoiser et s’accorder avec elle pour composer. 

Je pense la maîtriser dans sa globalité, mais le challenge #100DAYSOFLUMIERE était pour moi une multitude de défis à relever.

LA CREATIVITE & L'ENDURANCE

Ce challenge n’a pas été des plus simple. 

On s’engage sur 100 jours. 

Nous commençons le 1er avril 2020 alors que la planète entière subit une crise sanitaire jamais vue et que nous sommes contraints de restés confinés dans nos chez nous. Le challenge s’avère donc plus compliqué. Comment créer au quotidien alors que notre espace est restreint.

Aujourd’hui, au 50ème jour, il est bon de faire un point sur tout ça.

Pour ma part, Partager un petit appartement sans extérieur avec 2 enfants a été ma difficulté. J’ai cru avoir exploité chaque recoins de mon espace et parfois l’inspiration manquait. 

Les mêmes sources de lumières chaque jour, 

Créant les mêmes ombres chaque jour,

Les mêmes reflets…

 

Puis, ajoutons à cela que je me connais… bien…

Ma plus grande peur était d’être ce que je suis souvent… Pas endurante. Je me lance dans mille projets à la fois, je ne suis débordée que parce que je ne me pose pas de limites… Et quand tout devient « trop », je peux abandonner… souvent sans frustration car je sais que j’ai essayé. Je relativise assez bien sur ce point là.

POINT DE DEPART

Avant de commencer… Il était essentiel de faire un bilan et de comprendre nos objectifs. En y répondant en toute objectivité, mettre le doigt sur ce qui allait nous animer, nous freiner, nous enthousiasmer était une bonne base.

Caroline a donc lancé le jeu des questions auquel je me suis prêtée en toute transparence.

1- D’où partez-vous ? (vos connaissances, vos limites, vos préférences…)

Mes connaissances techniques me rassurent, et en terme de préférences, je n’en ai pas. J’aime tous les apsects de la photograhie, que ce soit le reportage ou du studio, que ce soit sur le vif ou posé.
Par contre mes limites sont certainement mon manque de « lacher prise » aussi bien en photo que dans ma vie personnelle, ce qui bride ma créativité, ou me bloque sur les moments à partager dans l’instant. Je pense être devenue trop « sérieuse » ou moins « exaltée » que ce que j’ai pu l’être.
Aussi, je me sens souvent « coincée » et ne me lance pas dans les choses que j’aimerais faire, encore une fois, aussi bien à titre personnel que photographiquement. Parfois juste je n’ose pas ou pense ne pas avoir le courage d’oser.

2- Quelles sont vos forces ? (vous connaissez peut-être deja des types de lumière avec lesquels vous êtes à l’aise, vous savez les reconnaitre, vous connaissez votre boitier, téléphone par coeur, vous avez le don pour vous placer correctement …)

Je pense que je connais et sais voir la lumière. Je ne regarde plus rien sans y voir où tombe la lumière, la composition que je pourrais faire depuis longtemps. Ca en devient quasi obsessionnel. Je connais mon boitier.

3- Ce que vous aimeriez tirer de ce challenge.

J’aimerai me trouver enfin « endurante » et « aller au bout ». J’aimerai (re)trouver cette partie de créativité et de lacher prise. Faire de la photo plaisir tout en me challengeant sur mon regard.
En confinement, me sentir encore plus créative sans avoir l’impression de tourner en rond dans un tout petit appartement. 😉

4- Ce que vous êtes prêt à faire / à changer.

Je suis prête à écouter, observer et évoluer sans limites. De me laisser instinctivement guider… et on verra bien. Mais surtout essayer d’aller jusqu’au bout.

JOUR 50/100

La vie a doucement repris son cours avec une normalité toute nouvelle. Depuis le 11 mai, nous sommes « déconfinés » mais pas pour autant « libres ». Nos activités ont repris aussi. Je n’ai donc plus posté sur mon compte Instagram ce qui relevait du challenge #100daysoflumière où vous pouvez découvrir ICI les nombreuses images et participations. J’ai en effet privilégié de communiquer à nouveau sur mes séances et reportages habituels.

Mes images pourtant sont faites et peuvent apparaître parfois en story, mais aussi et surtout sur l’espace Projets Personnels de mon site internet.

CE QUE J'AI APPRIS

Je me suis tout d’abord imposé de m’y tenir et ça, c’est une grande première! J’ai essayé d’être un peu plus persévérante dans mes projets personnels.

J’ai aussi découvert la vision d’autres. Et je vous invite en lisant cet article à découvrir les images et impressions de mon amie Julie Fourmon. De son article découvrir une nouvelle participante et ainsi de suite.

J’adore voir la lumière! Je ne fais que ça! Je suis comme omnibulée par elle. 

Je suis une observatrice de ce qui se passe et de comment tombe la lumière sur les émotions, sur les actions… Je photographie même mentalement plus que ce que je ne regarde. C’est un défaut aussi. Je profite peut être moins de l’instant présent. Et j’ai vraiment appris qu’il fallait que je change cela. Que tant pis si les images ne restent pas toutes gravées sur un support, parfois il faut aussi savourer les moments et surtout les partager. Mais quand je lis mes objectifs de départ, je me rends compte que l’obsession de la lumière est encore bien ancrée. 

Et ce challenge n’a peut être fait que l’amplifier…

La recherche de « LA Lumière » au quotidien n’a qu’accentuer ce besoin de ne pas me séparer de mon boîtier.

Je ne pense pas encore avoir su intégrer totalement le « lâcher prise ». Dans la vie comme en photo, je pense que je me contiens, me bride. Avec peut-être la peur inconsciente d’aller jusqu’au bout des choses. La finalité m’effraie sans doute. Je sens que j’ai essayé, que j’ai tenté et que l’exercice n’est pas si difficile à appliquer sur le moment… mais ce n’est pas encore un mécanisme installé… Pourtant… il ne faut que 28 jours pour créer une habitude…

CE QUE J'AI AIME

Aux 50 jours du challenge, dont 40 confinés, la recherche du sujet à photographier sous la lumière a été une vraie mission. A peine ouvrais-je les yeux et observais la lumière rentrer par la fenêtre.

J’ai aimé cet enthousiasme.

En voyant le travail d’autres, j’ai aimé les choses que je suis incapable de faire moi-même. Beaucoup se sont essayés à l’Auto-portrait. Cet exercice est très difficile, tant techniquement qu’humainement.

S’auto-photographier, sous la lumière que l’on a vue en tant qu’observateur n’est sans soute pas aisé et peut être que ces 50 prochains jours, je passerait le cap. Mais l’auto-portrait est difficile par rapport à la vision que l’on a de soi-même.

Il est pour ma part tellement plus facile de mettre en valeur « l’autre », avec notre regard neuf et bienveillant que de s’illuminer soi, quand nous portons dans nos bagages émotionnels, toutes les choses que nous n’aimons pas depuis toujours. Je sais pertinemment qu’il est naturel de ne se concentrer que sur ces petits défauts ou gênes qui nous sont propres.

Alors je félicite celles qui ont passé le cap et qui ont créé en moi l’envie d’un jour d’essayer.

, ,

ET SI ON VOYAGEAIT A BENARES

NAMASTE,
 
J’ai toujours aimé la photographie et particulièrement la photographie de reportage.
Fut un moment, je me voyais photo-journaliste et ça m’aurait plu…
 
Il y a quelques années (13 ans!), j’ai été amenée à voyager/vivre à l’étranger. Cette expérience a été pour moi l’une des meilleures de ma vie, et tout particulièrement mes deux années passées à Hyderabad, en Inde (anciennement l’Etat de l’Andhra Pradesh qui depuis s’est scindé en deux états distincts.
 
Ce pays m’a toujours inspirée! Je l’aimais avant, ça, c’est une certitude! Je l’ai adoré et adopté après.
Le premier jour, dès mon tout premier pied posé au sol, j’ai eu l’impression d’être à la maison. Vous savez, ce sentiment indescriptible qui fait qu’on se sent en sécurité, apaisé… tout simplement « chez soi ». … Et bien c’est cela!
Et puis ce pays est tellement photogénique, que je ne pouvais pas ne pas m’y plaire!
 
Très vite, sur place, j’ai trouvé un emploi en tant que professeur de FLE (français Langue Etrangère) dans une école internationale où l’enseignement se fait en anglais. J’ai donc plus vécu que voyagé, mais le voyage était dans ma tête, dans mon quotidien…. et ça, deux ans durant…
 
Ici avec mes élèves, qui sont maintenant tous bien grands

J’ai eu la chance de découvrir certains endroits incroyables, et je vous emmène avec moi à BENARES (Varansi)

Lever du jour sur le Gange

Après le mariage d’un de mes amis dans le Punjab, j’avais quelques jours devant moi pour partir à la découverte de ce pays dont certaines parts coulent dans mon sang.

Rickshaw à Bénares

Certes, quelques heures de route pour le somptueux Taj Mahal contre une vingtaine d’heures de train pour Bénares auraient pu faire pencher la balance en faveur du premier. Mais l’envie de découvrir ce lieu empli de mystère et qui transpire une culture bien particulière m’a envahi… Me voilà donc parti en direction de cette ville au bord du Gange et son atmosphère si étrange.
 
Je voulais vous faire découvrir un peu de cette ville au travers de ces quelques clichés, pris il y a déjà plus de 10 ans..
 
Varanasi est une des villes les plus spirituelles de l’Inde. C’est ici, que tout bon hindou devrait venir finir ses jours et donner son corps au Gange par le biais d’une crémation.
Ce Gange, parsemé de bûchers funéraires (que vous ne verrez pas, car par respect, ce sont des images qui ne se prennent pas), plus ou moins grands, et de bois de plus ou moins grande qualité selon les moyens et les castes concernés, déborde de vie. Surtout au lever du jour, et il faut donc ce lever tôt et marchander une ballade en bateau pour pouvoir en profiter pleinement.

Durant ces 48 heures, je suis aussi partie à la découverte d’un savoir-faire indien, le textile et plus particulièrement, la soie.
Et j’ai pu pénétrer dans un atelier de tissage de la soie.
Il était magique de voir avec quelle dextérité, on fait jouer les métiers à tisser pour créer sous nos yeux des textiles de soie aux motifs élaborés qui serviront bientôt de saris, de linge de lit, etc…
Quelle beauté!

Sur les Ghats (ces accès au fleuve), toute la vie s’y déroule. On y vient se laver, apprendre aux enfants à nager, laver son linge, faire des incantations, des prières, et même son sport… là, juste à côté des bûchers…
C’est étrange, déroutant.. et en même temps fascinant.
Personnellement, je n’y aurait pas trempé mes lèvres… ni même une main.
Le Gange reste un fleuve tellement pollué, et surtout ici, ou parfois flotte encore les restes de crémations. Mais c’était à faire, voir, vivre, sentir et ressentir.
 
Et, il faut le dire, côtoyer la mort de si près et de cette manière a été une drôle d’expérience. Mais cette acceptation de tout cela que l’on trouve sur place, nous rend, sur le moment, moins vulnérable à des émotions tristes ou négatives.
 
J’ai même vu des gens dansant et chantant autour d’un bûcher pour célébrer le départ d’un proche, qui, âgé, avait sans doute profité pleinement de toutes ces années données.
 
Mais Bénardes, c’est aussi des cérémonies nocturnes sur le Gange.

,

LE DEFILE SOLIDAIRE D’UNE PAUSE POUR SOI

Le mois dernier, avait lieu le défilé solidaire de l’association « UNE PAUSE POUR SOI » portée à bout de bras par Nathalie Casano, la présidente de l’association.
Je voulais revenir sur cet évènement et vous parler un peu mieux de cette association.
 

Nathalie, qui a une formation de conseil en image, a créé cette association, après avoir accompagné sa maman, atteinte d’un cancer à tous ses rendez-vous et traitements. Sur place, elle a rencontré des femmes qui subissaient physiquement les conséquences de ces traitements et perdaient un peu de ce qui faisaient d’elles des Femmes.
Elle a alors occupé son temps dans les couloirs des hôpitaux, à leur rapporter un peu de (ré)confort en les guidant pour retrouver leur féminité perdue.
Lorsque sa maman a été emportée par la maladie, Nathalie a su qu’elle ne pouvait pas s’arrêter là et que beaucoup de femmes essentiellement, mais pas que, avaient besoin d’aide et d’elle.

Elle a créé Une PAUSE POUR SOI, dans le but de permettre à toutes celles qui, profondément affectées par la maladie, par l’aspect financier de ce que cela entraîne, d’avoir accès à des ateliers de beauté, de regain de confiance en soi, et de reprendre goût à la vie et apprécier leur corps transformés. Cette association a été reconnue d’intérêt général, mais a encore cruellement besoin de moyens.

NOTRE COLLABORATION
 
Avec mes faibles moyens, j’ai eu envie de m’associer à cette cause en proposant pour chaque PORTRAITS DE FEMMES réservé, 2€ pour l’association et une séance offerte pour une personne atteinte de la maladie via l’association.
 
Extrait d’une séance de conseil en image / soins support

Résultat de ce relooking lors de la séance Portrait de Femme

LE DEFILE SOLIDAIRE
 
Dans ce but, Nathalie organise des évènements qui lui permettent de continuer dans sa tâche quotidienne.
Le mois dernier, elle organisait UN DEFILE DE MODE SOLIDAIRE.
Le principe est simple, une soirée spéciale avec une entrée payante dont les bénéfices vont à l’association, un spectacle présenté par la compagnie LA PLUME (leur page Facebook ici) , un défilé de vêtements neufs prêts à être vendus pour 5€ pièce afin de collecter des fonds pour l’association.
Tous les mannequins sont bénévoles, et c’est cette mobilisation autour de Nathalie qui fait que tout est possible. Nous les remercions de ce dévouement.
La mise en beauté des modèles à été faite par LENITA et Nadine Legras
 
Des partenaires tels que So Fraich’ pour les boissons ont répondu présents.
 
Place maintenant à quelques images du spectacle …..

LE PORTRAIT POETIQUE D’ENFANTS

Emilie et moi, nous nous sommes rencontrées il y a tout juste un an sur les réseaux sociaux dédiés à la photographie et sur un groupe local d’Aix-en-Provence où nous habitons. Après quelques échanges, nous avons immortalisé l’une pour l’autre nos familles respectives (ce qui est agréable pour un photographe qui se trouve généralement derrière l’objectif et peu sur les souvenirs avec ses proches).
 
Depuis, nous nous sommes trouvées pour l’entraide, le partage, et la motivation….. et c’est bien ça l’essentiel!
 
Nous avions un projet en tête et nous voulions allier notre savoir-faire et notre expérience pour voir si nous pouvions arriver à notre objectif et à la vision que nous avions imaginée.
 
Ni une, Ni deux …. Nous organisions une séance « PORTRAIT POETIQUES D’ENFANTS 

La saison est parfaite, les champs de coquelicots fleurissent à perte de vue.
Eléa (la fille d’Emilie) et Lilou, une de ses camarades de classe se prêtent au jeu et nous voilà parties, avant le coucher du soleil, pour capturer les images qui nous amèneront à travailler d’une manière plus « artistique et poétique » les portraits d’enfants.
 
Après une matinée d’échanges et de tests sur la manière de sublimer ces portraits, et voici nos résultats pour le bonheur de nos petits yeux et les émotions qu’ils nous procurent…

DEUX PHOTOGRAPHES, DEUX PERSONNALITES
 
Ce qui est formidable dans le domaine de la photographie, c’est qu’avec un même lieu, un même modèle, une partie de la personnalité du photographe ressort des images. Le style de chacun s’affirme.
 
Ludivine : « J’ai adoré cette séance à 4 mains (ou plutôt 4 yeux)! Dans la même optique que certaines de mes séances maternité où j’essaie de créer une atmosphère féérique, j’avais vraiment envie d’aller plus loin dans l’approche des portraits d’enfants, en leur apportant cette touche poétique qui les rend intemporels et majestueux. Cette envie était partagée par ma consoeur Emilie et ce fut un réel plaisir de partager ces instants d’échanges et d’idées qui nous ont permis de mener à bien ce projet. Je suis satisfaite de cette collaboration qui n’a pu être que fructueuse et plus que ravie de nos résultats respectifs. »
 
Emilie : «  Cette séance à 4 mains avec Ludivine a été un vrai bon moment de partage. J’adore saisir vos émotions, la complicité qui vous lie au travers de mes images. Mais ce challenge de sortir des images plus poétiques, avec un post-traitement différent m’a immédiatement emballé. Et partager avec une autre photographe est toujours très enrichissant humainement et artistiquement parlant. J’ai pu aller plus dans une nouvelle direction qui me plait beaucoup et que j’ai déjà pu reproduire dans certaines séances.»

Il me tarde à présent de pouvoir vous faire profiter de ces séances toutes particulières et de vous proposer ces « Portraits Poétiques ».
N’hésitez pas à me contacter pour avoir de plus amples informations.
 
email : ludivine.rambaud.photographe@gmail.com
tel : 06.72.86.23.52
sur la page Facebook : Ludivine Rambaud Photographie

UNE JOLIE AMITIE

L’AMITIE
 
« L’amitié est un repère,
une ligne d’horizon. Une lumière
et une porte secrète vers les émotions…
Elle nous aide par temps durs, elle fait rire,
elle rassure. Elle ne juge pas, elle accepte,
elle est là… Tantôt près, tantôt loin,
mais toujours à distance de coeurs, notre
amitié c’est du bonheur. Notre amitié, c’est
une plante que je cultive avec grands soins,
le trésor de mon petit jardin. Une pierre
précieuse qui m’éclaire dans le noir, et
quelqu’un qui connaît toute mon histoire…
J’avance sur mon chemin, tu avances sur
le tien. L’horizon devant nous est infini,
tout comme notre amitié, merci. »

Ces deux jeunes filles sont amies…. Meilleures Amies.
 
Eva, qui est déjà passée devant mon objectif avec son frère, puis lors de la séance maternité de sa maman, et pour la naissance de son petit frère, a voulu fixer à jamais son amitié avec Zélie.
 
Je trouve ça magique, que ces jeunes filles s’adorent autant, mais aussi, que si elles connaissent les finesses de l’amitié et savent l’entretenir comme il se doit, dans 20, 30 ou 50 ans, elles pourront avoir un oeil amusé et ému, a revoir ces clichés qui en diront long, sur leurs années ensemble.

MAIS C’EST QUOI AU JUSTE L’AMITIE?
 
On a donc demandé à Eva et Zélie de nous donner leur propre définition et de nous dire pourquoi s’être choisie… Avec leurs mots et leurs émotions voici leur réponse.
 
Zélie: « Elle est gentille, elle a de l’humour. L’amitié c’est quand on est attaché à quelqu’un. »
 
Eva: « L’amitié c’est quand on aime quelqu’un et qu’on aime passer du temps avec la personne. J’aime Zélie car elle est drôle et gentille. Et quand on s’est ….. «  (larmes d’émotions, sans pouvoir finir sa phrase)
 
Si vous aussi vous voulez me donner votre définition de l’amitié, ou raconter pourquoi votre plus ancien ami l’est, mettez un petit commentaire en fin d’article.
Et pour plus d’infos sur les séances Famille, Enfant, etc… RDV sur mon site internet

LA SEANCE FRESH 48H DE WALINA

LA SEANCE DE WAYLINA
 
Zaharia, sa maman, m’a contactée lors de sa grossesse pour que l’on discute des différentes prestations que je pouvais proposer autour de la maternité. 
Il y a les photos où l’on sublime la femme enceinte afin d’immortaliser ces changements morphologiques passagers, puis il y a celles qui concernent l’arrivée de bébé et son univers.
 
Je propose évidemment les photos nouveau-né artistique ou lifestyle après le retour à la maison (idéalement entre le 7ème et 12ème jour de vie de bébé), mais je propose aussi la séance « FRESH 48h »…. et c’est ce dont je vais vous parler aujourd’hui.
 
Zaharia qui attend son 3ème enfant, a déjà eu à faire aux photographes qui passent dans les maternités et s’est souvenue qu’au vu de la qualité et du forcing à la vente à un prix exhorbitif, il était préférable de prendre la séance « Fresh48h » et « Nouveau-né », et de pouvoir avoir une variété de souvenirs, une qualité professionnelle, de pouvoir choisir  ses supports en toute tranquillité,….
Et c’est ce qu’elle a fait !!!
 

MAIS QU’EST-CE QUE C’EST ????
 
C’est une séance qui s’organise en concertation avec les futurs parents et ce, avant l’arrivée de bébé.
Ce reportage, car il s’agit bien là d’un reportage, s’effectuera à la maternité, dans les deux jours généralement qui suivent la naissance. 
Il sera basé essentiellement sur les premières connections, échanges et découvertes que vous et votre enfant allaient faire durant ces premiers jours de vie.
 
ATTENTION!!!
Je ne suis pas du tout liée à l’hôpital/clinique qui vous reçoit, comme le sont certains photographes qui passent à l’improviste faire quelques clichés pendant 5 min et vous prennent en otage lors de leur démarche commerciale à domicile.
Je ne dénigre pas (non non mais non!) mais nous ne faisons pas la même chose.
 
COMMENT CA SE DEROULE?
 
1/ Vous m’avez contacté au préalable. Nous nous sommes eu longuement au téléphone ou nous nous sommes rencontrés pour définir vos attentes. 
 
2/ Vous avez opté pour la séance « Fresh 48h » seule ou accompagnée de la séance Maternité et/ou Nouveau-né. 
Vous pouvez même commencer à en parler à votre équipe de sage-femmes pour leur préciser que le jour du premier bain, vous allez faire venir VOTRE photographe.
 
3/ Le jour J, dans les heures qui suivent la naissance (ou le lendemain)…
Bref, le plus tôt possible, vous me prévenez! 
Le créneau pour effectuer ce reportage est extrêmement court, et une naissance ne prévenant jamais trop en avance, il est indispensable que je puisse ré-organiser au plus vite mon agenda et mes RDV.
 
4/Nous avons convenu du jour de ma venue. Généralement le 2ème jour où le bain est donné. Nous avons aussi convenu de l’heure, ainsi, vous aurez tout le loisir de vous préparer afin d’avoir une mine fraîche sur ces souvenirs. Vous venez de mettre un beau bébé, mais cela n’empêche pas à la fatigue d’avoir fait son entrée. Rappelez-vous, je ne passe pas à l’improviste!!
Mais c’est aussi l’idéal pour s’assurer que le papa et/ou les aînés si besoin, seront bien présents pour la séance.
 
5/ le JOUR J
Nous allons passer environ 1h ensemble… voire légèrement plus.
Cela me permettra d’immortaliser tout plein de premières fois:
– Premier bain
– Premier peau à peau avec papa
– Premiers câlins avec les aînés
– L’allaitement ou premier biberons
– etc…
 
Maintenant, je vous laisse découvrir à quoi ressemble la séance de Waylina et ses premières fois.
 

LE REPORTAGE ARTISTIQUE DU QUOTIDIEN

Le Reportage du Quotidien n’est pas une séance famille « lifestyle »… 
 
Ici, vous m’ouvrez les portes de votre vie de tous les jours, du petit-déjeuner au coucher, et je capture ce qui fait que vous êtes vous, ce qui vous unit, ce qui vous enrichit tous les jours ….. vos connections!!!
 
 

A mes yeux, rien ne représente plus une famille que ce qu’elle vit dans son quotidien, dans sa routine journalière. Ce sont ces moments répétés, qui font que l’on crée des instants magiques entre membres d’une même famille.

 
Les petites habitudes que l’on prend (les jeux qui vous sont propres, l’histoire du soir, …), les petits plaisirs partagés (une balade, les goûter, les jeux, …), les moments d’amour (les câlins, les espiègleries en font partie aussi, …).
 
Bref ce cocktail qui fait de vous une famille unique et qui ne ressemblera aucunement à une autre famille.

Le principe est simple :
NE JAMAIS POSER – NE JAMAIS FAIRE REPETER UNE ACTION
 
je n’interviens jamais, je ne guide pas…
Vous êtes qui vous êtes, comme vous êtes.
 

POURQUOI FAIRE UN REPORTAGE?
 
C’est vrai ça, pourquoi?!? 
 
Tout simplement parce que :
 
– Ca permet à tout le monde d’être sur les photos et de profiter pleinement de l’instant sans se soucier d’être derrière un appareil. (moi par exemple, je prends les photos de ma famille mais n’apparais que rarement sur celles-ci…. peut-être qu’un jour mes enfants penseront que je ne « participais » pas à leurs moments, puisqu’ils ne sont pas sauvegardés!
 
– Parce qu’en famille, il y a aussi tous les jours de la nouveauté. Nous apprenons les uns des autres à tout moment.
 
– Ca permet aussi de pouvoir sublimer votre quotidien avec l’oeil d’une photographe professionnelle, qui saura mettre en valeur ces connections et ces moments. 
Mais aussi avoir un oeil neutre sur ce qui se passe et arriver à capter ce que vous ne pourriez pas saisir.
 
– Parce que nous allons créer ensemble des souvenirs INESTIMABLES. Des souvenirs qui auront une valeur de témoignage auprès de vos enfants et petits enfants. Ce patrimoine, il racontera l’espace d’un jour, comment vous chatouilliez le plus grand, comment le plus petit boudait, quels étaient vos jeux favoris, et ainsi de suite…. Vos enfants pourront constater l’amour et le dévouement que vous leur accordiez et seront fiers d’avoir grandi dans cette famille où ils étaient au coeur de tout.
 
ET TOUT SIMPLEMENT PARCE QUE NOUS RACONTERONS ENSEMBLE VOTRE VIE, LA VRAIE VIE, DANS TOUTE SA SIMPLICITE, BELLE ET BRUTE EN MÊME TEMPS.
 

LES FORMULES
 
Ce reportage peut se faire en journée complète ou en demie-journée, à vous de choisir.
Il peut s’organiser à tout moment, mais il doit refléter la vie de tous les jours. Bien entendu, les visites des grands-parents, des cousins et autre sont les bienvenus. Une sortie à un spectacle aussi, une activité sportive…..
 

LE REPORTAGE DE JULIE, NICOLAS, JULIETTE et SIMON
 
 
Vous pouvez aussi retrouver les images du reportage familial d’Emilie, Nicolas, Alexandre et Paul sur mon site
 

LA PHOTO DEPUIS TOUJOURS

Aujourd’hui, je me lance officiellement dans la rédaction de mon blog, où vous découvrirez plus en détails mon travail mais aussi un peu de qui je suis.

Moi, c’est Ludivine, bientôt 38 ans!!
 
Là c’est moi … 35 ans en arrière!!! 

Je suis maman de deux petits garçons de 5 et 2 ans qui ont une énergie folle à dépenser, et ne sont pas les derniers pour les bêtises.

Mais avant d’être maman et de me consacrer 100% à la photographie, j’ai eu cent différentes vies.
J’ai été Vendeuse, Commerciale, Photographe-filmeur, Professeur de français Langue étrangère en Inde, Représentante pour un Tour Opérateur en Turquie, Tunisie, Egypte….
J’ai voyagé, vécu à l’étranger… et j’ai A-DO-RE cela !!!

Et pendant tout ce temps, la PHOTOGRAPHIE ne m’a jamais quittée.
 
J’ai toujours eu un appareil photo en main. J’ai un besoin de documenter mon quotidien, de capturer mes proches, ce que je vois, ce que je RESSENS depuis toujours… Pour moi, la photographie, hormis l’esthétisme et la beauté de la lumière, est aussi et avant tout, un des meilleurs moyens de conserver les mémoires…
Peut-être ai-je peur que la mienne faillisse un jour?!? Mes souvenirs seront là, pour moi et ceux qui me suivront…
 
Dans mon parcours professionnel atypique, j’ai passé par simple plaisir mon CAP photographe lorsque j’avais 24 ans, pour valider cette passion en moi…
Il m’aura donc fallu plus de 14 ans pour me lancer enfin dans MON AVENTURE PHOTOGRAPHIQUE… ENFIN !!!
C’est avec plaisir que je vous ouvre donc les pages de ce blog pour partager avec vous ce qui m’anime depuis toujours.
 
alors …. BIENVENUS!